2012/11/30

HKH n°11 : Les transports - Episode II

Pax aux Mini-bus

Deuxième épisode sur les transports à Hong Kong ! C'est un peu dans le désordre car j'aurais probablement dû parler des bus avant de parler des mini-bus, mais je fais avec ce que j'ai sous la main.

Bref, les minibus. Il y en a deux sortes : les Green Minibus (GMB) et les Red Minibus (RMB), ce qui signifie Minibus Verts et Minibus Rouges.

Points communs

Les minibus d'Hong Kong ont le gros avantage d'être en général assez fréquents, plus que les bus. Cela a l'inconvénient d'être extrêmement irritant lorsque vous attendez un minibus 25 minutes quand ils passent au maximum toutes les 10 minutes dans la plupart des cas.

Par ailleurs, heureusement qu'ils sont fréquents car ils ont un nombre de places limité, 16 pour être exact. Aux heures de pointe, vous pouvez ainsi voir passer plusieurs minibus avant de pouvoir en prendre un. Dans ces moments-là, il faut être patient, surtout si vous n'êtes pas au terminus, mais leur fréquence augmente en général dans ces heures chargées (même si un embouteillage règle toujours vite la question).

Les chauffeurs de minibus sont des grands malades du volant. Vous comprenez vite l'intérêt de la ceinture !
Vous êtes heureux aussi que leur vitesse soit limitée à 80 km/h, même s'il est de toute façon difficile d'être autorisé à parvenir à cette vitesse à Hong Kong. Néanmoins, quand ça arrive, vous sentez que le pauvre moteur donne tout ce qu'il a et que le chauffeur aussi. Et vous aussi...

Les minibus ne s'arrêtent pas tant que personne ne leur demande. Or dans la plupart des minibus, il n'y a pas de petit bouton magique émettant une lumière rouge pour signaler au chauffeur "Tadaaa, je descends au prochain arrêt". Alors il faut crier, de préférence en chinois pour être sûr d'être compris (et encore), et se taper l'étiquette "Européen qui est gentil parce qu'il apprend le chinois et que c'est compliqué mais qui dit n'importe quoi parce qu'il fait mal les tons". Sinon, vous espérez que quelqu'un descende au même arrêt que vous.
C'est d'autant plus vrai avec les RMB, qui n'ont pas de route fixe (alors faut être sûr de soi quand on en prend un).

Et c'est avec cette première différence qu'on en arrive aux divergences entre les deux types de minibus.

Les différences

Un GMB
Les GMB sont des transports publics du gouvernement : ils ont donc des prix fixes, des trajets fixes, des horaires à peu près stables. Et les chauffeurs sont payés aussi de manière stable, ce qui est un vrai avantage pour les passagers, vous allez bientôt comprendre pourquoi.


Un RMB (en panne... ce sont des choses qui arrivent)
Les RMB sont des transports privés. Très souvent, ils n'acceptent pas la carte Octopus*, ce qui est pénible. Leur route n'est pas fixe, leurs horaires et leurs tarifs non plus. Les chauffeurs sont payés au nombre de passagers : ils conduisent donc comme des dingues (encore plus que les GMB) pour déposer et récupérer le plus de passagers possibles sur un même trajet et n'hésite pas à freiner au dernier moment pour récupérer une personne qui traîne par là.
Ce que je vous dis là est ce que j'ai lu et entendu des experts, et qui m'a jusqu'à présent dissuadé d'essayer les RMB...

Note du 09/12/12 : j'ai enfin testé un RMB (mais pas tout seul)... et je confirme ce que j'ai écrit !

Voilà, maintenant, vous connaissez les Minibus, les 小巴  (síu-bā = ton haut montant, ton haut plat).

Deux RMB avec les prochains transports sur la listes : les taxis.

*Moyen de paiement super pratique. J'en reparlerai dans un autre article.