2012/12/20

Hors-série n°4 : Quel programme !

Désolé pour la semaine dernière, je n'ai pas eu le temps de publier un article, que ce soit le vendredi ou le dimanche. Du coup, comme ça, avant la fin du monde demain, je vous laisse un petit message.
Ah oui, et si je ne publie pas demain, c'est parce que je n'aurai pas de réseau : je serai dans mon abri anti-atomique/nucléaire/sismique/cosmique/etc/etc. Alors je vous aime tous et puis on se retrouve là-haut.

Il y a pas mal de jours où la sonnerie du réveil pique les yeux, et les paupières crient alors à l'injustice lorsqu'on discrimine le reste du corps auquel on retire sa moelleuse et douce couette pour le livrer à la fraîcheur matinale tandis que les muscles engourdis essayent tant bien que mal de soulever le poids mort d'une carcasse lourde et désobéissante, réticente à croire que la suite de la journée pourra avoir autant de valeur que le chaud duvet qui lui a servi d'intime microcosme pendant de trop courtes heures. C'est long et difficile de se réveiller.

C'était probablement vrai ce matin. Mais je ne m'en souviens plus.
C'est fou comme des choses simples peuvent faire oublier (au moins en partie) les choses compliquées. Voici la liste, très certainement non-exhaustive, de toutes ces choses si simples et qui apportent tant de joie (oui bon, ça ressemble un peu à ça, désolé) :

  • Comprendre le cantonais (pas tous les jours) ;
  • Aimer la jelly ;
  • Voir le "ptit vieux" dont je m'occupe davantage - qui n'a plus tous ses esprits - rire aux éclats et se mettre à chanter ;
  • Entendre ce même "ptit vieux" chanter au moment de la consécration pendant la messe ;
  • Attendre le bus moins de 5 minutes ;
  • Manger en même temps que mes "ptits vieux" autour d'un genre de fondue/pot-au-feu chinois ;
  • Profiter de quelques minutes de disponibilité pour s'asseoir dans la chaise qui fait des massages en Physio-Room ;
  • Recevoir un paquet de feuilles permettant d'apprendre environ 300 caractères chinois ;
  • Manger des truffes au chocolat ;
  • Pouvoir faire deux siestes dans la journée ;
  • Avoir de quoi faire un vrai temps de prière ;
  • Se dire qu'on est un 20 décembre, qu'il fait plus de 20 degrés, que le vent est tombé et qu'il y a du soleil ;
  • Voir une femme tenir par la main un jeune ayant un handicap mental ;
  • Les "ptits vieux" qui vous sourient et vous font des grands gestes de la main pour la énième fois de la journée ;
  • Rencontrer des nouveaux bénévoles, qui donnent de leur temps de vacances ;
  • Discuter vocations-sainteté-engagement avec une Petite Soeur des Pauvres ;
  • Découvrir que le Père Noël en plastique bouge son bras quand tu le branches ;
  • Observer les tortues et constater que les tortues en question sourient tout le temps ;
  • Et puis tout simplement être là où je suis...

Merci, ô Dieu, de m'avoir donné 5 sens pour percevoir tous ces événements, et une intelligence pour m'en réjouir !

P.S. : Apocalypse ne signifie pas "fin du monde" mais "révélation". La révélation nous étant totalement donnée en Jésus, Dieu fait homme, nous nous approchons donc du terme de l'Histoire en ce sens que le Royaume de Dieu commence ici et maintenant (déjà là et pas encore, diraient certains) : c'est pourquoi nous associons souvent Apocalypse et fin du monde. Mais par pitié, n'utilisez pas les mots n'importe comment. Je dis ça au cas où...

Aucun commentaire: